aller à la navigation

Des fonds ont été versés en 2014. juin 6 2017

Infos : , ajouter un commentaire

Grâce à nos généreux donateurs et à Miel Maya Honing (ONG belge), qui leur délivre les attestations fiscales, l’association laotienne à reçu cette année 2.000 €.

Ce don permettra à cette jeune association de continuer son action en faveur des apiculteurs villageois.

un grand merci!

Bernard Delforge.

rapport de fonctionnement du projet en 2013. septembre 25 2013

Infos : , ajouter un commentaire

“Creating Sustainable Livelihoods through

Community Beekeeping”

 

A project implemented by

“Association for Sustainable Beekeeping, Oudomxay”

Narrative report January-May 2013

 

Association for Sustainable Beekeeping, Oudomxay

Baan Montai /Xay district / Oudomxay province

Pobox 133 Oudomxay

Phone: 00856/30.5718224

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1)      Staff and structural changes:

Villagers are responsible for the implementation of the project. There are now two master trainers, fully paid by the project, and recently 2 assistants joined the project.

Two women trainers in Apitherapy are paid by the project.

The Accountant is still in training.

 

2)      Capacity building:

Two assistant master trainers are in an “on the job” training.

The coordinatrice and the accountant received a basic training in bookkeeping.

The coordinatrice went to a workshop on marketing in Thailand.

The  trainings are still very basic, but are essential for the work in the association and the project.

 

3)      Funding of the organization:

The Association is funded by Fastenopfer and Espace sport asbl Belgium. Maya Miel Belgium facilitates for “support” members in Belgium.

TABI agreed on funding the Association from august onwards for one year.

Provincial Agriculture and Forestry Department support the Association through providing office rooms for free.

Introduction:

Fastenopfer started to support the beekeepers of Oudomxay since 2008, recognizing the potentials of beekeeping as a worthwhile strategy for improving villagers’ livelihoods.

Beekeeping can contribute immensely in many aspects to poor people’s lives.

-         Bees produce different products which have nutritional, healing and spiritional properties (energy, vitamins, minerals, anti-bacterial, anti- virus, wax and honey for religious ceremonies)

-         Beekeepers have knowledge and experience on environment and the impact on their bees; they understand the human-bee-environment interactions and try to protect their bees.

In this way, beekeeping is an interesting tool for nature conservation initiatives and organic agriculture

Bees have an important role in pollination: hereby conserving wild flora and augmenting the production of agriculture products.

-         Beekeeping does not require big investments in materials, simple homemade tools are sufficient.

Bees do not need feeding, do not require medicines and do not need a lot of space.

-         Bees create income: selling honey, wax, larvae but also secondary products can be produced and sold (beehives, bee veils or other materials).

-         Bee products are used in traditional medicine, and recently scientific therapies are developed and promoted in apitherapy.

-         Everyone can keep bees; elderly, children, women, disabled persons.

-         Beekeeping is a family and community concern: 

o       The different tasks of taking care of bees can be divided between family members.

o       Working with the community to explain importance of beekeeping and the natural environment, to explain harmful practices and promote bee care.

o       To build connections with other beekeepers, form groups (formal or informal) and work together.

 

Vision of the Association for   Sustainable

 Natural Beekeeping, Oudomxay.

Beekeeping is very diverse, and depending on natural conditions: climate, flora, natural enemies etc.

Beekeeping also depends on the way how people appreciate the activity, how much time they can invest.

The challenge is to find methods adapted to the local bees by the local people. Villagers have a vast knowledge on bees, which has never been documented, but which can play a big part in the development of techniques for a sustainable, modern but natural beekeeping with the local bees.

The basic training is given by master beekeepers, and regular follow up is provided through field visits, exchange workshops, and annual meetings. In this way there is a constant dialogue between the master beekeepers, their students. Through the annual meeting, feedback is also given to the government and steering commission of the association.

The different activities which are developed,   fit into the above mentioned “potentials of beekeeping”.

Four main aspects can be distinguished:

·        Bee technical

·        Environmental

·        Human capacity building

·        Marketing & financial matters

Activities

Bee technical

Environmental

Marketing

Capacity building

Training, workshops, farmer to farmer extension

Establishing bee gardens

Quality of bee products

Work as a group

Study tours

Establishing nurseries

Developing logo

Linking up with others

Linking up with other aspects

Planting of NTFP’s

Developing self-control system

Establish Association

Field based try outs

Pollination

Agreements on price

Learn new skills:

Organizing, trade

Building bee houses

Use of pesticides and herbicides

Processing bee products

Health issues, apitherapy

 

Organic farming

 

Gender aspects

 

Bees as an indicator for the living environment for humans

 

Appointing new master trainers

 

Sustainability is the main drive of the Association: most beekeeping activities and “spin off” activities are sustainable or promote sustainability.

Association for Extension for Sustainable Natural Beekeeping is the exact translation of the Lao name. In English it was translated in “Association for Sustainable Natural Beekeeping”.

The beekeepers’ association was registered on provincial level in November 2012.

The project “ Creating Sustainable Livelihoods trough Community Beekeeping” started end of December 2012 and will run until December 2015.

The project is supported mainly by Fastenopfer, GROS- Brecht (Municipality of Brecht), Beekeeping Group of Brussels through Espace sport asbl, individual donations trough Maya Miel asbl, and others, membership fees of beekeepers in Laos. In near future IFAD and TABI will contribute.

Summary of the activities from January till end of May 2013:

 

Activity

where

participants

women

other

1

Basic beekeeping training

Baan Yo, 1 village

10 families

 

 

2

Training in honey harvest

52 villages,41 clusters

172 families

2

 

3

Beekeeping refresher training

Baan Thiau, 1 village

7 families

 

 

4

Pesticides, herbicides workshop

12 villages

1069

354

 

5

Outside training

Capacity building

5 times

8

 

 

6

Cardamom planting ,data collection

14 villages

211 families

 

105500 seedlings for 95 ha forest protection

7

Groups formation

55 villages,41 groups

134 representatives

15

 

8

Apitherapy

8 villages

45

42

 

9

Distribution of beekeeping materials

41 groups

 

 

 

10

Participation in agriculture fair

 

 

 

Exhibition to promote beekeeping and sale of products

11

Distribution of materials for nurseries

4 groups

18 families

 

 

12

Visitors

 

 

 

Association of Bokeo, Nam Theun 2

13

Training in Marketing

 

1

1

Thailand

14

Training in Bookkeeping

 

2

1

Oudomxay

15

Training in sending emails

 

2

1

Oudomxay

 

1) Basic beekeeping training:  Only one village was reached, but there were 10 participants which is quite a lot for one village.

2)Training in Sustainable Honey Harvest: During this training the gentle harvest methods is explained to reduce mortality in the colony and promote less destructive harvest methods. Quality of honey is explained with hygienic methods for harvesting.

3) Refresher training: Baan Thiau was one of the first villages with a basic training; One of the assistants is now in training to become a master trainer. The first group beekeepers consisted of 5 beekeepers; The refresher training consist of 7 new beekeepers. The group is growing consistently.

4) Workshop on the use and dangers of pesticides and herbicides: These workshops are a success; The whole village is invited in these workshops and many families join. The content covers Lao law on the use and sale of the products, the list of the banned subsistences, the impact on health in short and long term. It also touches alternatives, s.a. biological pesticides and organic farming.

The Provincial Agriculture & Forestry Office is refusing any demand for license for contract farming of banana plantation out of consideration of the impact of the pesticides.

The workshop son pesticides and herbicides use generates interest in the whole village

5) Capacity building: Eight people’s days were spent on 5 events all together. 

6) Cardamom planting:The local bees are depending on forests for their survival, be it their food, nesting sites, or safe sites for bivouac or migrating colonies during monsoon.

Wild cardamom seed is a NTFP typical for the area, which has a good market value on the Chinese market. Cardamom  need  forest cover to strive and to produce seeds. It is a perfect tool to protect forest and biodiversity. This action, the planting of cardamom, is very interesting for the villagers. It generates income, while at the same time it conserves forest cover producing wild food for the daily food intake of the local people. The bees play an important role for the seed production through pollination. At the same time they produce honey and wax.

This year 105.500 rhizomes are distributed in 14 villages, reaching 211 families. It will protect 95ha of forest.

This action in itself is sustainable. Once the cardamom has grown, rhizomes can be propagated to enlarge the planting area by the villagers themselves.

7) Groups formation: To ensure sustainability , capacity and functioning of the beekeepers’groups, workshops were held.

These consisted in 3 phases:

 - PRA with the whole village: what are the expectations and needs

- training on functioning of groups, basic administration and bookkeeping

- workshop about rules and regulations with the 134 representatives , covering 55 villages.

 

8)Apitherapy:     This activity emphasizes the use of bee products in healing, as a local medicine .It is promoted as home remedies. Workshops are held in the use of these products and the processing. Creams and pomades are produced based on locally available ingredients, except for emulsifiers and stabilisators which come from outside Laos.

In these 5 months, workshops were held for 8 villages with 45 participants , of which 42 are female.

9)Beekeeping materials : materials of last year’s action were distributed to the 41 functioning groups, after the group functioning workshops

10) Agricultural Fair: In February a fair was held by Provincial Agriculture & Forestry Office, to promote the different products produced in the districts. The Beekeepers’ Association participated and promoted sustainable beekeeping; They also made an exhibition and sold for more than 2 million kip bee products.

11) Distribution of materials for village nurseries: 18 families working in 4 groups run village nurseries to propagate multi purpose bee flora s.a. fruit trees, ornamental plants,….

12) Visitors:  Two study tours came on a visit , one from a local NPA of Bokeo, ne from Nam Theun 2 project.

13) Marketing & Skill development training:  1 person went to Thailand for training

  14) Training in accounting: 2 persons attended this training, ensuring a suitable  accounting system for the Association, with back up of a local resource person of the College of Administration & Finance in Oudomxay.

15) Training on internet use: 2 persons received a training in internet use, sending emails, scanning documents.

 

 

Le thé sauvage du nord Laos récolté par l’ethnie Yao. décembre 7 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Vous pouvez visionner un court document (4 minutes) réalisé au Laos en février dernier.http://www.youtube.com/v/ldIZ1MO-eAI Il décrit la récolte du thé sauvage et sa préparation par des femmes de l’ethnie Yao.Ce thé est unique car récolté dans la forêt primaire sur des théiers très anciens, jamais traités, ni soumis aux engrais et/ou pesticides.Occasionnellement, nous disposons (pas actuellement) d’une petite quantité vendue aux amateurs de thés exceptionnels. L’argent recueilli est versé intégralement à l’ONG qui soutien ce projet.

Vous pouvez, vous aussi soutenir ce projet par un don défiscalisé.

 Amitiés,B. Delforge.

Comment faire un don pour ce projet? juillet 29 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Voici donc les précisions nécessaires pour participer au financement de ce projet apicole au Laos et bénéficier d’une défiscalisation de vos dons.

1 / Les versements doivent être faits directement sur le compte 340-0653333-76 de Miel Maya honing asbl, avec la mention « Projet apicole au Laos ».

Envoyez à notre asbl “Espace Sport” une copie de votre versement ou un avis par mail ( espace.sport@scarlet.be ), sms (0476 665 824) ou par la Poste (rue des Bigarreaux 47 à 1180 Uccle).

2 / Les dons doivent s’élever au minimum à 40€ par an, versés en une ou plusieurs fois : le donateur peut faire un ordre permanent mensuel (par exemple de 3€35) pour bénéficier de la déduction fiscale.

3 / Un listing des dons reçus nous sera communiqué par Maya.

4 / Les dons seront versés directement au bénéficiaire du projet (au CCL : comité de coopération Laos, gestionnaire du projet, organisme français pour lequel travaillent Anna et Filip, nos amis coopérants au Laos.

5 / Une attestation fiscale sera délivrée aux donateurs entre le mois de mars et le mois de mai l’année suivant le don.

Vous pouvez participer à ce projet : vos dons seront déductibles fiscalement. juillet 29 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Au Laos, les apiculteurs ont choisi de maintenir leur activité traditionnelle avec l’abeille locale Apis Cérana. Ils se démarquent ainsi de leurs voisins de Chine, Viêt Nam, Thaïlande, en visant une production de qualité.

Des animateurs apicoles locaux ont bénéficié d’une formation, sont chargés d’aller dans les villages, et de collaborer avec les villageois-apiculteurs pour améliorer les pratiques traditionnelles. Beaucoup de questions subsistent sur cette abeille Apis Cérana : les recherches et réflexions sont en cours là-bas …et ici.

Nous avons constaté sur place lors du voyage en février 2011 que ces démarches portent déjà leurs fruits : l’apiculture traditionnelle connaît un nouvel élan, les villages sont sensibilisés à la qualité du milieu et certains optent pour un « village sans pesticides », ils participent à la protection de la forêt, des rivières, et leurs réunions apicoles renforcent les liens sociaux au sein du village.

Les nouvelles du Laos sont bonnes : Anna dans un message récent nous informe que le projet apicole sera prolongé et amplifié, suite à un soutien venant de Suisse.

De notre côté, une recherche a été faite pour envisager les possibilités de défiscaliser les dons destinés à soutenir le projet. Obtenir une telle possibilité pour notre ASBL relève du parcours du combattant. Une autre possibilité est « d’héberger » un compte pour le projet au sein d’une association qui possède déjà l’autorisation de défiscalisation et qui est d’accord pour accueillir cette demande…

Certaines réponses ont été surprenantes, et finalement, un contact s’est réalisé lors d’une rencontre à laquelle assistait Benoît Olivier et Bernard.

Benoît Olivier travaille chez Miel Maya Honing, un organisme très actif dans les domaines de l’apiculture du développement durable, du commerce équitable.

Maya avait organisé en 2010 un grand forum à Bruxelles sur l’apiculture et le développement dans les pays du sud, forum auquel j’avais participé.

Voici donc les précisions nécessaires pour participer au financement de ce projet apicole au Laos et bénéficier d’une défiscalisation de vos dons.

1 / Les versements doivent être faits directement sur le compte 340-0653333-76, avec la mention « Projet apicole au Laos ».

2 / Les dons doivent s’élever au minimum à 40€ par an, versés en une ou plusieurs fois : le donateur peut faire un ordre permanent mensuel (par exemple de 3€35).

3 / Un listing des dons reçus nous sera communiqué par Maya.

4 / Les dons seront versés directement au bénéficiaire du projet (au CCL : comité de coopération Laos, gestionnaire du projet, organisme français pour lequel travaillent Anna et Filip, nos amis coopérants au Laos.

5 / Une attestation fiscale sera délivrée aux donateurs entre le mois de mars et le mois de mai l’année suivant le don.

6 / Maya nous demande un descriptif du projet et, à la fin de l’année, un rapport d’activités. L’importance de ces documents dépendra des dons reçus.

Chers amis sportifs et apiculteurs, vous avez maintenant la possibilité de soutenir ce projet. Merci de nous prévenir de votre don par un mail, un sms, etc.

Un grand merci d’avance pour votre générosité et pour votre soutien à ce projet.

Sportivement et apicolement.

Etienne.

Présentation du thé sauvage du Laos au magasin “T42″ le 30 mars 2011. mars 31 2011

Infos : , ajouter un commentaire

t42num2petit.jpg     La présentation du thé sauvage du Laos au “T for 2″       

Quel bon moment passé hier au Tea for two! Si mes comptes sont bons, nous étions 33.
Merci à vous, amis voyageurs pour votre soutien, votre présence et la diffusion que vous avez assurée. A l’occasion, pouvez-vous collecter les adresses mail des personnes que vous avez sensibilisées? Ainsi, on pourrait faire une base de donnée pour la suite.
Chers Anna et Filip, nous avons bénéficié d’un public très attentif et particulièrement admiratif devant les actions que vous menez au Laos. Les patrons ont déjà commencé la vente de ce thé et les avis sont vraiment élogieux!
En juin, quand vous viendrez en Belgique, il faudra que nous allions tous ensemble  dans ce lieu!
Le thé de Phongsaly en carotte les intéresse aussi, même s’ils le commercialise déjà. Filip, tu avais dit que tu connaissais la personne qui le fabrique….
Il y a eu une petite discussion au sujet du “goût légérement fumé” de ce thé sauvage, Stéphane (un des 2 patrons) disant que c’est là une caractéristique des thés de type “Pu Er”. Ces thés n’étant pas totalement séchés lors de la préparation, subissent une post-fermentation qui atténue ce goût. Ils disent que le thé reçu est différent selon qu’il s’agit de celui de 2010 ou de 2011 et que c’est du à l’âge et à l’évolution de ce thé. Moi, j’avais expliqué que le goût fumé provenait de l’opération “passage au wok” sur un feu de bois et qu’ un four avait été imaginé et construit pour éviter ce goût qui dérange certaines personnes. Qu’en pensez-vous?
Maintenant, nous allons penser aux suites à donner à ce genre d’évènement.

Etienne.

présentation “officielle” du thé sauvage du Laos. mars 19 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Les 2 projets « abeilles et thé sauvage » s’inscrivent dans un travail de valorisation respectueuse des ressources naturelles qui doit permettre aux habitants des villages de diversifier leur alimentation, de protéger la nature, d’améliorer la nutrition, de moins dépendre d’une aide extérieure souvent aléatoire, de fournir un revenu complémentaire durant la période située entre les récoltes du riz.

Dans le but de rendre visible ces projets, un événement  sera organisé au salon de thé « T42 » (tea for two) le mercredi 30 mars de 18 à 20h où ce thé sera présenté et où vous pourrez goûter les fameuses pâtisseries de ce très convivial salon qui commercialise en exclusivité ce thé sauvage.

Pour une bonne gestion de cet événement, inscription préalable indispensable! (PAF 5€ par personne à verser sur le compte de l’Asbl Espace Sport 001-1940784-84 en mentionnant votre nom et Projet thé Laos en communication).
En attendant le plaisir de vous rencontrer bientôt, amicalement,

Etienne.

Les théiers sauvages. mars 5 2011

Infos : , 1 commentaire

Les théiers sauvages dans la forêt primaire.

Premier commentaire après notre retour. mars 5 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Je vous ai parlé des coopérants belges néerlandophones travaillant au Laos : Anna Schoofs et Filip Debruyne.

Une équipe mixte SRABE (Société Royale d’Apiculture de Bruxelles et ses Environs)-Asbl Espace Sport est partie au Laos en février pour évaluer l’avancement du projet « apicole » financé en partie par notre ASBL et mené sur place par Anna.

Un autre volet concernait un projet « thé sauvage » destiné à valoriser ce thé exceptionnel très prisé et recherché par les négociants chinois, dont la vente est faite au profit des actions de développement durable menés par le CCL (Comité de Coopération Laos).

Le projet « abeille » est sur de bonnes voies : un apiculteur-formateur laotien très motivé et compétent est engagé dans le processus. Le travail continue et devrait se développer dans l’avenir, le financement étant assuré dans l’immédiat.

En ce qui concerne le thé, nous avons visité le village Yao qui s’occupe de la récolte de ce thé et nous avons pu aller voir ces fameux théiers sauvages sur les flans difficilement accessibles des collines. Une dame Yao est revenue d’une cueillette pendant notre présence au village et nous avons pu assister à la préparation tout à fait artisanale de sa récolte.

Ces 2 projets s’inscrivent dans un travail de valorisation respectueuse des ressources naturelles qui doit permettre aux habitants des villages de diversifier leurs alimentation, de protéger la nature, d’améliorer la nutrition, de moins dépendre d’une aide extérieure souvent aléatoire.

Un événement thé sera sans doute organisé au salon de thé « T42 » (tea for two) à Bruxelles où ce thé sera présenté et où vous pourrez goûter les fameuses pâtisseries de ce très convivial salon.

Vous serez bien sûr averti de la date de cet événement.

Etienne.

les principales étapes de notre voyage : le nord et l’apiculture locale, de Louang Prabang à Vientiane par le chemin des écoliers. janvier 25 2011

Infos : , 2commentaires

Le groupe de 5 se réunit à Vientiane, capitale du Laos, le 3 février en soirée.

Le lendemain, nous avons rendez-vous à l’université de Vientiane (Nabong) avec le professeur Bounpheng qui nous éclairera sur la biologie et l’apiculture avec Apis cerana et Trigona leviceps.

Le 5 février, nous prenons un vol intérieur vers Oudomxay, dans le nord.

Deux journées sont consacrées à des rencontres avec des apiculteurs locaux. Nous aurons l’occasion d’échanger nos expériences et de leur communiquer notre pratique de l’élevage de notre abeille au cours d’un atelier pratique et la vision de films documentaires réalisés en Belgique et au Luxembourg.

Le 7/2, nous prenons la route pour Nyot U. nous avons un programme assez chargé et pas tout à fait défini : visite de l’hôpital, le projet apicole, les théiers sauvages, les ethnies locales, ….

Vers le 13/2, après 3 heures et demi de route, nous serons à Phong Sali. Ce sera sans doute la partie la plus « fraîche » de notre périple : la température pourrait descendre vers 10°C !

Le lendemain, en bateau lent, nous descendons la rivière Nam Ou jusqu’à Muang Khua.Visite de la forêt sacrée, rencontre avec l’ethnie Akha, nuit chez l’habitant.

Le lendemain, randonnée dans les rizières et la forêt, retour à l’hôtel de Ban Nam Noy. Retour à Muang Khua puis à Oudomxay.

Le 18, visite de Nam Gen , village ancien, tissage, apiculture et route en direction de Luang Prabang.

Ici se termine la partie « apicole » de notre voyage. La suite sera un voyage « touristique » plus classique. Nous aurons l’occasion de nous initier à la cuisine lao, de visiter les plus beaux temples de Luang Prabang, la grotte aux mille Boudha et le village où les femmes fabriquent le vin local de riz. Marchés, villages de minorités ethniques, tissage de la soie, et beaucoup d’autres visites nous occuperons, jusqu’à notre retour, par la route à Vientiane, d’où nous repartirons le 27 février.

Bernard.


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 16 articles | blog Gratuit | Abus?